Dimanche : Desayuno Campesino

Et que fait-on le dimanche matin 16 février à partir de 10h00 au Festival pour la Paix en Colombie. Mémoire et Justice Sociale ? On prend un DESAYUNO CAMPESINO (Brunch paysan) au milieu de l’installation de Gustavo Nieto, accompagné par la guitarre de Gustavo Montes de Oca et les poèmes de Myriam Montoya ! desayuno campesino

Advertisements

Samedi soir… Place à La Rumba !

Samedi 15 février, à partir de 21h30, ça va déménager avec de la Salsa à la Parole errante !

Avec :

  • Los Piragueroslos piraguerosL’orchestre vous propose son répertoire inspiré des grands noms de la musique Salsa en général, Ray Barretto, Jimmy Bosch, Willie Rosario, El grand Combo de Puerto Rico, Spanish Harlem Orchestra, Manny Oquendo, Oscar D’Leon, La Sonora Poncena… Dirigé par Jérôme Decluzeau, l’orchestre poursuit son chemin, de répétitions en studio d’enregistrement avec toujours cet immense plaisir de jouer devant un public conquis. Public mélomane et/ou danseurs et danseuses, Los Piragueros Orchestra se fera un plaisir de jouer pour vous !
  • Los Salsos +
    salsos +Salsos+ est un orchestre qui a été fondé par Florencia Jaurena, Andrés Vela et Pierre Klemas en juillet 2010. Plusieurs musiciens ont participé au projet et contribué à la construction d’une base solide qui est considérée aujourd’hui comme une des plus actives de la scène musicale latino-américaine de France.
  • Abran Pasoabran pasoGroupe parisien formé en 2013 autour de la musique latine,  Abran Paso est une formation dans le style “Salsa Nueva York”.  Avec plus de 10 musiciens sur scène,  Abran Paso revisite le répertoire de la salsa dura des années 70 à nos jours.

Stands des assos et collectifs

  • Pendant le Festival, le transport sera assuré solidairement par l’Association socio-culturelle LABORATORIO                                         laboratorio

Elles et Ils seront présent-e-s dans des stands :

Le monologue d’Isabel

En AVANT-PREMIÈRE en France et en Europe
Écrit par Gabriel García Márquez
Monologue de  ”Isabel viendo llover en Macondo” par Tachia Quintanar.

Samedi 14 février à 17h30, Tachia Quintanar, actrice et poète basque, présentera pour la première fois en France le MONOLOGUE D’ISABEL REGARDANT TOMBER LA PLUIE SUR MACONDO mise en scène par Coralie Pradet de la compagnie “Les Ménades”.

En choisissant de s’exprimer ainsi devant le public du Festival Pour la Paix en Colombie – Mémoire et Justice Sociale, elle affirme sa volonté de soutenir le processus de Paix en Colombie. Elle connaît l’écrivain Gabriel García Márquez depuis qu’ils se sont rencontrés à Paris en 1956 et qu’ils sont devenus de grands amis. Il lui a dédié la version française de son oeuvre “L’Amour au Temps du Choléra”.

Langue : Espagnol. Sous-titré en français

Direction scénique Tachia Quintanar
In memoriam Edwine Moatti
Mise en scène Coralie Pradet
Assistant de production Marino Valencia
Bande sonore Gustavo Nieto
Scénographie Carlos Marulanda
Mise en lumière Samuel Racine
En présence d’Armand Gatti et Hélène Châtelain

Des plasticiens au Festival

Pendant tout le Festival, des artistes plasticiens nous accompagneront :

  • Pendant le festival, samedi et dimanche, un Atelier de Création collective pour la Paix sera proposé à tous et toutes : En savoir plus…mural festival

Vendredi 14 février

Le Vendredi 14 février, les portes du Festival commenceront à s’entre-ouvrir avec la projection de deux documentaires  :

  • A 18h30. POUR TOUT L’OR DE COLOMBIE, documentaire de Pascale Mariani et Roméo Langlois (50 mn, 2012). En Colombie, la production d’or connaît une croissance exponentielle. Cette fièvre minière, attisée par la flambée des cours sur le marché mondial, attire toutes les convoitises. Multinationales, chercheurs d’or, guérilléros et bandes criminelles se livrent une guerre sans merci afin de contrôler les territoires où se trouvent les filons. En marge du marché officiel, l’or colombien génère une véritable économie parallèle. En Colombie, tout le monde veut sa part du butin. Pascale Mariani et Roméo Langlois ont enquêté pendant un an sur cette nouvelle ruée vers l’or, les scandales et les violences qu’elle provoque.  Voir le teaser du documentaire : http://vimeo.com/35312368
  • A 20h00. L’HOMME AUX SERPENTS, documentaire d’Eric Flandin (1h24, 2014). C’est avec un vieux bus et une trentaine de serpents que Franz Florez lutte pour la protection de la nature en Colombie, l’une des plus riches biodiversités du monde. Anacondas et crotales à sonnette représentent ses laisser passer dans la jungle profonde, là où les guérilleros s’affrontent avec l’armée nationale, là où se retrouvent trafiquants et cultivateurs de coca. Devant la menace d’une exploitation intensive de ces zones naturelles, ce héros d’un nouveau genre tente de rallier un maximum de gens à sa cause, y compris les acteurs du conflit colombien. 

Les projections seront suivies d’une rencontre-débat avec les réalisateurs.

En partenariat avec :

  • RECO Films . Société de production 8 rue d’Enghien 75010 Paris                                     Tel: + 33 1 40 26 36 02 ! – Port: + 33 6 51 21 10 24! recofilms@free.fr! siret n° 51516891200019

Et à partir de 22h30 : Concerts et rumba !

  • 22h30 :  LES ZOMS L’histoire commence un été à Montmartre. On y chante du folk et country américain mais aussi des chansons en français, romantiques, sombres, poétiques et parfois avec un petit rayon de soleil. Cela ressemble à Paris, et le groupe s’appelle “Les Zoms” car les femmes y sont à l’honneur! 

  • 23h30 :  CUERPO F Ce trio pop rock folk originaire du Chili donne une interprétation très particulière de leur musique avec des présentations sur scène tout simplement uniques, transitant par des moments et des intensités aussi variés qu’imprédictibles. Remarqué par la presse chilienne comme l’un des nouveaux “cantautores” de la scène indépendante du Chili.http://www.myspace.com/cuerpof Facebook: http://www.facebook.com/cuerpof
  • 00h30 : DJ TRISTAN

  • Parallèlement, débutera à partir de 18h30 la projection de la sélection colombienne du Festival du Ciné des droits humains dans une petite salle adjacente)

Demandez le programme ! Festival International de Cinéma pour les droits de l’homme

festival bandeauSélection Colombienne du 1er Festival International de Cinema pour les Droits de l’Homme (Bogotá, décembre 2013)

Présentation

Dans le cadre du Festival pour la paix en Colombie – mémoire et justice sociale, nous partagerons la sélection colombienne du 1er Festival International du Film des droits de l’homme qui a eu lieu à Bogotá en décembre 2013. Cette exposition audiovisuelle est composée de courts métrages et documentaires qui ont été officiellement sélectionnés et de quelques autres documentaires et longs métrages présentés au Festival (à savoir, le documentaire Gotas que agrietan la roca (Gouttes qui fissurent la roche), présenté à la cérémonie de clôture ; le film documentaire Impunity et deux émissions du programme Contravía projetés en raison de la célébration du 10e anniversaire de cet important programme de journalisme d’investigation de la télévision colombienne).

Le 1er Festival International du Film des droits de l’homme correspond à la nécessité de rendre visible, à travers la production audiovisuelle, l’intérêt et la préoccupation des centaines de producteurs, directeurs, avocats, militants et communauté en général qui cherchent à refléter le contexte actuel du conflit, la lutte et la légitimité des droits de l’homme dans le monde entier. Le Festival a été créé pour produire non seulement une rencontre autour du regard audiovisuel, mais aussi un espace de dialogue et de réflexion pour le grand public tout en stimulant la construction d’une position critique envers le contexte colombien et la scène mondiale dans le domaine des droits de l’homme.

Dans le but de promouvoir et développer ces espaces, aujourd’hui nous présentons, avec l’aimable autorisation des organisateurs, ce travail inestimable, en sachant qu’une culture de la promotion, défense et garantie des droits de l’homme constitue un pilier incontournable pour avancer vers un horizon de construction de la paix en Colombie.

                              Vendredi, 14 février   

(En simultanée avec les documentaires ”Pour tout l’or de Colombie” et ”L’homme aux serpents”, suivis d’un débat avec les réalisateurs, sur la scène centrale)

Projection de courts métrages + vidéos Contravía/Hollman Morris et Juan José Lozano

18 h 30-19 h 30 : Première projection de courts-métrages
•  Abbaye (Bogota), Dir : William Alba Vargas, 15 min,
• “El Placer” (Bogota), Dir : Laura Amaya, 4 min,
•  Par le sentier (Ibagué), Dir : Johnny Aguilar Cabrera / Jonathan Castro, 18 min.
• “Positivo” (Bucaramanga), Dir : Ivan Luna 17 min.
•  Ma poupée (Cartagena), Dir : Manuel Díaz Polo, 9 min.
•  Cours de danse (Bogota), Dir : Camilo Cogua, 4 min

19 h 30-23 h 55 :  Vidéos Contravía/Hollman Morris et Juan José Lozano
• Impunity. Dir : Juan José Lozano, 1 h 25.
• Toribio, la guerre à Cauca ()CONTRAVÍA chapitre 89, 2005), 1 h.
• Jaime Garzón : 10 ans d’impunité (CONTRAVÍA chapitre 197, 2009) 29 min.

23 h 55-1 h: Deuxième projection de courts-métrages

 

Samedi 15 février   festival ciné bogota

11 h – 21 h 30 : Première projection de documentaires
• Carbonisés (Barranquilla, 2012), Dir : Julio Oagaga Martínez, 25 min
• Cendres de Phoenix (Pereira, 2012), Dir : Andres Orozco Quintero, 33 min.
• Ces terres si riches et nous si pauvres ” (Catatumbo / Ocaña, 2013), Dir : Diego Garcia / Darly Cárdenas”, 19 min.
• Petite île, grand quartier (Santa Cruz de l’îlot, 2012), Dir : Julio Oyaga Martínez; min 25
• Nar Heb (Bogotá, 2013), Dir : Sergio Álvarez Sánchez, 16 min
• Quimbo : la mort des pêcheurs et de notre fleuve Magdalena (Géant, 2012), Dir : Alain Sanchez Espitia, 9 min.
• En visant le coeur (Bogota), Dir : Claudia Gordillo / Bruno Federico, 2013, 54 min.
• Chuzadas : Arme de la peur (Bogotá / Guarne, 2012), Dir : David Gonzalez, 24 min.
• Carnaval pour la vie et contre les disparitions forcées (Cali, 2013), Dir : Victor Hugo Ospina Ramírez, 12 min.
• Coca : la langue de Dieu (Vichada / Amazon, 2012), Dir : Andrés Cárdenas Caicedo, 28 min.
• Là-bas (Bojayá, 2013), Dir : César Augusto Romero Aroca / Natalia Andrea Zapata Montes, 60 min
• Traces de la dépossession (Medellín, 2013), Dir: K-minantes collective, 5,56 min
• Les jours de la paix (Medellín / Bogotá, 2013), Dir : Esteban Tavera / Santiago Dominguez / Elizabeth Otálvaro / Fererico Carranza, 32 mn
• Et la mémoire, c’est nous  (Cauca, 2012), Dir : Angela Rubiano Tamayo / Paola Figueroa-Julien carette, 31 min
• Sabedoras de nombreuses lunes (La Guajira / Choco / Caquetá / Tolima, 2012), Dir : Angela Rubiano Tamayo / Paola Figueroa-Cancino Gonzalez Henao, 42 min, /Raquel
• Voix étouffées : les femmes indigènes de la Colombie (s. i.), Dir : Pau Soler Domenech, 23 min.
• Minga sociale : Dès les entrailles de la terre (s. i.), Dir : Pau Soler Domenech, 48 min
• Famille Ayara , (s. i.), Dir : Gonzalo Escuder/Nacho Gomez, 19 min.
• Sounds of SAI (Sons de l’Ile de San Andrés) (San Andrés) Dir : Marcia juges, 35 min.
• Gouttes qui fissurent la roche (2013), Dir : Antonio Girón (sur le travail du Collectif d’avocats José Alvear Restrepo), 1 h 25 min.

Dimanche 16 février  festival ciné bogota

10 h – 20 h 30 : Deuxième projection de documentaires
• Carbonisés (Barranquilla, 2012), Dir : Julio Oagaga Martínez, 25 min
• Cendres de Phoenix (Pereira, 2012), Dir : Andres Orozco Quintero, 33 min.
• Ces terres si riches et nous si pauvres ” (Catatumbo / Ocaña, 2013), Dir : Diego Garcia / Darly Cárdenas”, 19 min.
• Petite île, grand quartier (Santa Cruz de l’îlot, 2012), Dir : Julio Oyaga Martínez; min 25
• Nar Heb (Bogotá, 2013), Dir : Sergio Álvarez Sánchez, 16 min
• Quimbo : la mort des pêcheurs et de notre fleuve Magdalena (Géant, 2012), Dir : Alain Sanchez Espitia, 9 min.
• En visant le coeur (Bogota), Dir : Claudia Gordillo / Bruno Federico, 2013, 54 min.
• Chuzadas : arme de la peur (Bogotá / Guarne, 2012), Dir : David Gonzalez, 24 min.
• Carnaval pour la vie et contre les disparitions forcées (Cali, 2013), Dir : Victor Hugo Ospina Ramírez, 12 min.
• Coca : la langue de Dieu (Vichada / Amazon, 2012), Dir : Andrés Cárdenas Caicedo, 28 min.
• Là-bas (Bojayá, 2013), Dir : César Augusto Romero Aroca / Natalia Andrea Zapata Montes, 60 min
• Traces de la dépossession (Medellín, 2013), Dir: K-minantes collective, 5,56 min
• Les jours de la paix (Medellín / Bogotá, 2013), Dir : Esteban Tavera / Santiago Dominguez / Elizabeth Otálvaro / Fererico Carranza, 32 mn
• Et la mémoire, c’est nous  (Cauca, 2012), Dir : Angela Rubiano Tamayo / Paola Figueroa-Julien carette, 31 min
• Sabedoras de nombreuses lunes (La Guajira / Choco / Caquetá / Tolima, 2012), Dir : Angela Rubiano Tamayo / Paola Figueroa-Cancino Gonzalez Henao, 42 min, /Raquel
• Voix étouffées : les femmes indigènes de Colombie (s. i.), Dir : Pau Soler Domenech, 23 min.
• Minga sociale : Dès les entrailles de la terre (s. i.), Dir : Pau Soler Domenech, 48 min
• Famille Ayara , (s. i.), Dir : Gonzalo Escuder/Nacho Gomez, 19 min.
• Sounds of SAI (Sons de l’Ile de San Andrés) (San Andrés) Dir : Marcia juges, 35 min.
• Gouttes qui fissurent la roche (2013), Dir : Antonio Girón (sur le travail du Collectif d’avocats José Alvear Restrepo), 1 h 25 min.

—-

Projection de courts métrages + vidéos Contravía/Hollman Morris et Juan José Lozano

•  Abbaye (Bogota), Dir : William Alba Vargas, 15 min,
• “El Placer” (Bogota), Dir : Laura Amaya, 4 min,
•  Par le sentier (Ibagué), Dir : Johnny Aguilar Cabrera / Jonathan Castro, 18 min.
• “Positivo” (Bucaramanga), Dir : Ivan Luna 17 min.
•  Ma poupée (Cartagena), Dir : Manuel Díaz Polo, 9 min.
•  Cours de danse (Bogota), Dir : Camilo Cogua, 4 min

Impunity. Dir : Juan José Lozano, 1 h 25.
• Toribio, la guerre à Cauca (CONTRAVÍA chapitre 89, 2005), 1 h.
• Jaime Garzón : 10 ans d’impunité (CONTRAVÍA chapitre 197, 2009) 29 min.

Festival de ciné pour les droits humains

festival bogotaDans le cadre du Festival pour la paix en Colombie – Mémoire et Justice Sociale qui aura lieu à Montreuil (France) du 14 au 16 février 2014, nous partagerons la sélection colombienne du 1er Festival International de Ciné pour les Droits Humains qui a eu lieu à Bogotá en décembre dernier.

Voir le programme détaillé : https://festivalcolombiepaixjustice.wordpress.com/2014/02/05/demandez-le-programme/

Atelier de Création collective pour la Paix

Avec la participation d’un groupe de jeunes artistes colombiens, le samedi et le dimanche, un espace de création collective sera proposé. Le public, invité à rentrer dans un circuit de planches noires posées sur le sol, interviendra sur elles librement par le dessin, l’écriture ou le collage, formant ainsi des traces sur les différentes thématiques qui traversent le Festival pour la Paix en Colombie. Cet atelier “cadavre exquis” servira comme exercice de mémoire de ce qui se passera tout au long de cette rencontre.

Artistes : Maria Alejandra Holguin, Margarita Bohorquez, Sebastian Cifuentes.
Espace coordonné par : Maria Diaz Francomural festival

Broder pour la Paix

broder pour la paixPendant le Festival, une trentaine de mouchoirs de Broder pour la paix seront exposés et présentés par Georgina Moreno, mexicaine résidant en France ainsi que quelques brodeuses. Elles représenteront un collectif d’artistes textiles localisés dans toute la France, qui travaillent depuis 2011 en collaboration avec le Mexique. Cette Action-Broderie en faveur de la Paix, de la Justice et de la Dignité au Mexique prend une forme particulière : Il s’agit de broder pour la Paix, en rouge sur des mouchoirs blancs, les noms et circonstances de disparition des 90.000 assassinats et 20.000 disparus au Mexique entre 2006 et 2012. Mieux connaitre leur action : http://broderpourlapaix.blogspot.fr/p/pourquoi.html

Et si on créait un collectif de “Broder pour la Paix en Colombie”?